MARGO

Actualité

3 questions pour Sébastien Bourguignon, expert des technologies blockchain

Découvrez l'interview de notre Principal & Lead Digital Influencer, réalisée par Havas Blockchain


26/07/2018

Une fois par semaine, Havas Blockchain interviewe des personnalités phares de l’écosystème blockchain. Sébastien Bourguignon, notre Principal & Lead Digital Influencer, a accepté de participer à cette initiative. Découvrez son interview :

 

Ce sont des clients, des amis, de bons contacts, ou juste des personnes que nous avons rencontrées et qui appartiennent à la crypto-communauté. Ils ont une vision nouvelle, lancent des projets passionnants, développent de nouveaux services ou souhaitent simplement partager leur histoire. Une fois par semaine (peut-être plus, peut-être moins, en fonction de vos retours !), Havas Blockchain interviewera l’une de ces personnalités issues de l’écosystème blockchain.

 

Tout d’abord, pouvez-vous vous présenter et nous parler de votre activité ?

Je m’appelle Sébastien Bourguignon, je suis Principal & Lead Digital Influencer chez Margo, un cabinet de conseil. Nous accompagnons nos clients dans leur plan de transformation digitale, et ce à 3 niveaux : technologique, méthodologique et organisationnel.  Nos offres actuelles reposent sur la data, l’intelligence artificielle, la transformation agile, le coaching, la modernisation des systèmes d’information et, au final, tout ce qui touche à la haute performance IT, dans des environnements complexes. Nous travaillons actuellement sur une offre incluant la blockchain, qui devrait être prête d’ici la fin de l’année.

Je travaille sur des projets blockchain depuis 2015. Cela fait plus de deux ans que je conseille mes clients sur des projets reposant sur cette technologie. Je donne des formation et publie beaucoup de contenu sur le sujet via différents sites internet tels que Les Echos Solutions, La Tribune ou Siècle Digital , mais également sur les réseaux sociaux comme Twitter et Linkedin.

 

Vous avez travaillé sur plusieurs projets blockchain et ICO : quels sont les facteurs clés de succès pour réussir ce type de projet ?

Selon moi, il y a plusieurs facteurs qui peuvent contribuer à la réussite d’une ICO. Le premier, et très certainement le plus important, est d’avoir un bon white paper, qui doit contenir une proposition de valeur claire et compréhensible par n’importe qui. Il n’y a rien de pire qu’un projet dont on ne comprend pas l’objectif à la première lecture. Un autre facteur clé de succès concerne directement la technologie blockchain, et la plus-value que celle-ci apporte à la plateforme que développera la startup. Il est également capital de bien déterminer quel est le token qui sera délivré par l’équipe, en quoi celui-ci sera utile au projet et comment sa valeur augmentera.

Le marketing et la communication sont aussi cruciaux. Il existe des centaines de projets qui ont été lancés depuis le début de l’année. Il est alors impératif de se démarquer, se faire connaître et se faire identifier comme porteur d’un projet à haut potentiel, ce qui demande un sérieux travail de communication.

Enfin, même s’il existe encore de nombreux facteurs de succès, je finirai avec un cinquième, qui concerne le budget. Se lancer dans une levée de fonds en cryptomonnaies demande un investissement financier très important. Il y a quelques mois, il était encore possible de lever beaucoup d’argent avec peu d’investissement. Mais les choses ont rapidement changé : le coût que représentent le marketing et la communication est élevé, de même que celui de l’accompagnement légal, qui est indispensable.

 

Pour réussir son projet blockchain, il est tout d’abord nécessaire de penser “out of the box” et d’imaginer ce que cette technologie peut apporter au business en terme de décentralisation, transparence, traçabilité et sécurité. Beaucoup de clients grands comptes ont lancé leurs initiatives blockchain au cours de l’année, mais peu d’entre eux ont identifié un pain point qui ne pourrait être résolu que grâce à cette technologie. D’un autre côté, des startups ont rapidement émergé avec des idées formidables ancrées dans la blockchain, mais ici, c’est souvent le manque de maturité des équipes et des ressources limitées qui sont les freins, même si les ICO permettent en partie de répondre au problème de financement.

Aujourd’hui, le grand défi est de trouver des talents qui possèdent à la fois les compétences et l’expertise pour développer des projets reposant sur la blockchain ou la DLT (Distributed Ledger Technology). Ces technologies sont très récentes. Bitcoin date de 2009, Ethereum de 2014. Le développement de DApp et de smart contracts remonte à 2015. Il en est de même pour des solutions telles que Corda (open-source depuis le 30 novembre 2016) ou Hyperledger (mise en production de Hyperledger Fabric 1.0 annoncée le 12 juillet 2017), qui sont encore plus récentes, et qui nécessitent des compétences qui sont d’autant plus rares sur le marché de l’emploi. Au cours des prochaines années, il sera nécessaire de mettre en place des formations au niveau professionnel comme académique, de la même manière qu’il est primordial pour les développeurs et les architectes de se former régulièrement pour répondre aux demandes du marché. Cela crée beaucoup d’opportunités pour ceux qui se lancent aujourd’hui dans la course.

 

Pouvez-vous nous confier quelles sont vos applications favorites reposant sur la blockchain ?

Je peux partager avec vous mes projets coups de coeur et qui apportent, selon moi, une réelle disruption grâce à la blockchain. Je pense en particulier au projet français Booking Token Unit (BTU), dont la promesse est de révolutionner le secteur du tourisme en proposant un protocole technique bas niveau sur Ethereum qui permettra à chacun d’avoir une solution de réservation décentralisée sans passer par les plateformes traditionnelles. En d’autres termes, cette startup propose d’uberiser AirBnB.

Dans un autre secteur, j’apprécie également beaucoup les projets comme celui de CounterParty, qui a développé une solution sur Bitcoin, permettant d’organiser des votes. L’opération est relativement simple. L’organisateur de l’élection peut créer sur l’application autant de tokens que de votants. Chaque token créé correspond à une transaction sur Bitcoin contenant des métadonnées spécifiques liées au vote organisé et des frais de transaction associés pour la prise en compte du vote dans un bloc. Les tokens sont ensuites distribués aux votants dans un portefeuille qui leur appartient et qui peut être assimilé à une carte électorale. Chaque candidat dispose également d’une urne de vote sous la forme, là encore, d’un portefeuille, afin de recevoir les votes qui leur seront attribués. Le comptage final est fait en comparant le nombre de tokens présents dans les urnes de chaque candidat.

Enfin, j’ai aussi été marqué par le cas de l’Estonie, dont on ne parle pas assez, mais qui a inventé une technologie basée sur la blockchain avant même la création de Bitcoin : le X-Road protocol. Grâce à cette technologie, ce petit pays européen a réussi à dématérialiser toutes les identités de ses concitoyens et a créé une plateforme d’Etat autorisant l’accès des habitants à tous les services administratifs au travers une smart card connectée à leur ordinateur. Ouvrir un compte bancaire ou souscrire à une assurance peut alors être fait en quelques clics. L’Estonie a ainsi créé le concept de e-citoyenneté, permettant à chaque personne non citoyenne de devenir e-citoyenne et d’accéder aux mêmes services que les estoniens.

 

 

Retrouvez l’interview original réalisé par Havas Blockchain sur Medium : 3 questions to Sébastien Bourguignon, Principal & Lead Digital Influencer at Margo

 


Blockchain
ICO
Innovation
Tech
Communiqué de presse

La technologie Blockchain au service de la solidarité

Margo a choisi d’aller un cran plus loin dans son engagement solidaire en organisant au profit d’UNICEF France un Hackathon autour de la technologie Blockchain. L’événement, qui s’est déroulé du 27 au 29 septembre derniers au sein du startup studio #LaPiscine à Paris, a rassemblé 50 participants motivés pour développer une solution permettant de sécuriser les étapes clés de la vie de l’enfant grâce à la Blockchain.

04/11/2019 Découvrir 
Communiqué de presse

Margo et UNICEF France s’associent pour organiser un Hackathon solidaire basé sur la technologie Blockchain

Margo, société de conseil spécialisée dans la transformation digitale des entreprises, s’associe à UNICEF France pour proposer une expérience, mêlant technologie et solidarité, à tous les curieux ou experts de la Blockchain. Les deux organisations proposent en effet de réunir étudiants, développeurs, chefs de projets,... le week-end du 27 au 29 septembre 2019 pour un Hackathon afin de développer des solutions permettant de sécuriser les étapes clés de la vie de l’enfant grâce à la Blockchain.

29/08/2019 Découvrir 
Actualité

Rencontre avec Dipty Chander dans le cadre du Margo Women Network

Pour moi l’important c’est de ne pas se poser des questions sur son origine ou ses moyens. Il faut toujours essayer, et quand on essaye vraiment on obtient ce qu’on veut.

Découvrir 
Communiqué de presse

Margo signe un partenariat avec l’association Latitudes

Margo, société de conseil spécialisée dans la transformation digitale des entreprises, annonce la signature d’un partenariat avec l’association Latitudes. Cette collaboration marque la création d’une communauté interne Tech for Good chez Margo, grâce à laquelle les collaborateurs du cabinet de conseil auront l’opportunité de mettre leurs compétences au service de projets œuvrant pour l’intérêt général (réinsertion professionnelle, mobilité, éducation, parité, accès aux droits...). 

Découvrir 
Actualité

Le vocabulaire de la blockchain de A à Z

La blockchain, tout le monde en parle mais en maîtrisons-nous vraiment son vocabulaire? Nous vous proposons au-travers d'une série de 5 infographies de revoir les principaux concepts et enjeux qui lui sont associés.

12/03/2019 Découvrir 
Tribune

Blockchain et agroalimentaire, un mariage de raison ?

La blockchain est porteuse de nombreuses perspectives pour le secteur de l’agroalimentaire qui cherche de nouveaux leviers de réassurance pour les consommateurs qui ont été largement échaudés ces dernières années par des scandales nombreux en France et à l’étranger. Découvrez les avancées et limites de cette technologie dans un secteur en perpétuelle réinvention.

22/02/2019 Découvrir